Myanmar – The Golden Land

Après un peu plus d’un an à Amsterdam, au mois de janvier dernier, j’ai décidé de tout quitter: mon travail, ma ville, mes amis et la vie néerlandaise: pluvieuse mais d’une facilité déconcertante, relax et internationale… Parfois j’ai l’impression d’être le stéréotype de la nana qui après s’être fait salement plaquer décide de tout quitter sur un coup de tête. Ma soeur a d’ailleurs tenté de me ramener à la réalité en apprenant que j’avais démissionné et que je voulais voyager: Tu sais la vie c’est pas Eat Pray Love

Quelques jours après avoir annoncé ma démission à mes responsables, je décide de me prendre un aller/retour pour le Myanmar, la Birmanie. D’un voyage qui aurait dû durer 4 semaines, j’ai fini par passer 3 mois en Asie. Du Myanmar, je ne connaissais rien ou alors si peu. Ma connaissance en terme de politique se limitait au visionnage du film The Lady il y a quelques années. Quant au pays, j’avais simplement vu des photos de Bagan et ses célèbres montgolfières et décidé qu’un jour, je verrai ce spectacle magnifique de mes propres yeux…

Afin de préparer mon voyage, le blog de Marina m’a été d’une aide précieuse, notamment en termes d’infos pratiques, d’itinéraires conseillés et de logements. C’était la première fois de ma vie que j’allais partir seule avec mon sac à dos et l’excitation montait petit à petit, avec une pointe d’appréhension. Après m’être occupée de mon visa, planifié un itinéraire (que je n’ai finalement pas vraiment suivi) le 28 mars dernier j’ai donc décollé pour ce magnifique pays qu’est la Birmanie…

Mon itinéraire a été le suivant:

Yangon – Bago – Bagan – Mandalay – Hsipaw – Inle Lake – Yangon – Hpa- An – Yangon

Bago est généralement boudée par les touristes et pourtant les sites y sont magnifiques et je garde un excellent souvenir des 2 jours passés là-bas ! Puisque les touristes y sont rares et que j’avais la chance d’être avec Win, un guide dont l’anglais était quasiment parfait, les birmans étaient intriguées par ma présence et surtout par le fait que je suis une femme qui voyage seule ! (Win m’a dit: They say you are brave to travel alone)

Bagan était magique…

Quant à Mandalay, durant la saison chaude la température y est à peine supportable c’est pourquoi au bout de quelques heures, j’ai demandé à mon auberge de m’aider à quitter la ville le lendemain matin, aux aurores afin d’échapper à la chaleur et c’est ainsi que j’ai passé 8 heures pour atteindre Hsipaw, dans un bus de marchandises, avec seuls autres passagers 2 novices (des enfants moines) et un homme qui dormait dans l’allée sur les cagettes de nourriture… Ce trajet reste le plus épique de tout mon voyage!

Inle Lake était idyllique et le coucher de soleil sur le lac reste un moment mémorable de beauté.

Que retiens-je donc de mon séjour au Myanmar ?

Et bien après 3 semaines passées sous la chaleur écrasante (saison chaude oblige!), j’ai tellement aimé ce pays que j’étais déterminée à y retourner afin d’effectuer une retraite spirituelle (j’y reviendrai dans un autre article).

Ce qui m’a marquée plus que tout,c’est la bonté d’âme des birmans, leur gentillesse et leurs beaux sourires… Je crois que mon séjour au Myanmar aura été la plus belle leçon d’humanité de toute ma vie.

J’ai de nombreux exemples en tête, notamment la fois où nous avons pris la Yangon Circle Line avec Sam, Kris et Manuel, des backpackers rencontrés là-bas. C’était le premier jour du festival de l’eau, les 3heures de trajet ont donc été particulièrement épiques, entre la musique, l’eau et les birmans qui riaient de bon coeur, nous avons vraiment passé un beau moment. Une birmane a acheté du maïs et nous en a donné à chacun. La scène était assez comique car les gens nous regardaient manger ( nous le faisions peut-être mal !). L’après-midi nous demandons à des birmans si nous pouvons monter avec eux à l’arrière de leur van afin de faire le tour de la ville en se faisant arroser. Ils acceptent volontiers et discutent avec nous, dans un anglais approximatif. Ils nous ont fait goûter à la noix de béthel (c’était pas très bon…) et nous ont offert des bières.

Il y a aussi eu la fois où sortant affamée d’une semaine à manger du riz, j’arrive au Bar Boon. Je me rends compte que je n’ai pas assez d’argent pour payer mais le distributeur du FMI Center avale ma Carte… Le serveur est venu m’aider, en appelant la banque pour moi, en m’écrivant l’adresse où aller récupérer ma carte. Phyo Lin Paing m’a également écrit son numéro de téléphone sur un bout de papier et m’a dit de ne pas hésiter à le contacter si j’avais un souci. Il m’a servi mon sandwich en me disant que je pouvais revenir plus tard pour le payer, une fois que j’aurais récupéré ma CB…

Puis il y a aussi eu le moine qui nous a invité dans son monastère et à prendre le petit déjeuner sur 38th street à Yangon. Il a voyagé partout, Suisse, Viet-Nam, France, Italie… (photos à l’appui) et m’a beaucoup fait rire.

J’aurais encore de nombreux autres exemples et anecdotes à vous raconter mais vous comprenez l’idée…

Les birmans sont des gens incroyablement généreux. Leur sens de l’hospitalité et la beauté du pays font que le Myanmar aura été une de mes plus belles destinations à ce jour.

Quant à la ville que j’ai préféré, c’est sans aucun doute Hpa-An et ses paysages à couper le souffle. Malheureusement lorsque nous nous y sommes rendus en mi avril, durant le festival de l’eau, le nouvel an bouddhique. Durant 5 jours, c’était la folie dans les rues; la musique battait son plein, des stands d’eau étaient installés, les enfants étaient déguisés et armés de tuyaux d’arrosage ou de seaux d’eau, ils n’hésitaient pas à se mettre au milieu de la route afin d’arrêter les gens en scooters et les asperger. Les adultes n’étaient pas en reste et se balançaient des seaux d’eau avec un malin plaisir et pour des raisons évidentes j’ai donc jugé plus sage de laisser mon appareil photo à l’hôtel, bien au sec !

Pour conclure cet article, merci aux birmans et merci à mes compagnons de voyage d’avoir rendu ces quelques semaines inoubliables…

Après mes 3 premières semaines, j’ai décollé pour Penang, pour ma première retraite de yoga, chez Susana, ma prof espagnole qui m’avait initiée au yoga à Amsterdam et son partenaire Satya.

A suivre…

« I can die now, for I have sat atop one of the great temples of Bagan and watched the sun rise as its own true self, a great globe of fire. After the dark plain caught red and gold fire, the mist burned away to reveal the land’s bounty: more than 2000 white and gold tipped stupas, crumbling pagodas, sister and brother temples, lines of toddy palms, the immense gray Irrawaddy River, wide as a small lake » (Karen Connelly, Burmese Lessons)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s