If we saw soul instead of bodies, how different our idea of beauty would be?

And I find it kind of funny, I find it kind of sad…The dreams in which I’m dying, are the best I’ve ever had

Après un passage à Bangkok, je suis arrivée à Yangon le 9 juin. ça m’a fait tout drôle d’y retourner, j’avais quitté le Myanmar durant la saison chaude où il faisait 40 degrés. Je suis revenue et j’ai trouvé que la pluie et la grisaille conféraient un aspect quelque peu mélancolique à la ville, venant s’ajouter à mon sentiment naissant de nostalgie; celui que l’on ressent lorsque l’échéance approche et qu’on se répète à soi-même de profiter, car c’est bientôt la fin d’une aventure…

J’ai retrouvé Errol avec qui j’étais partie au lac Inle, un ami d’ami français qui vit et travaille à Yangon. J’ai également revu Julien. Julien et moi nous nous sommes rencontrés à Bangkok vers mi-mai, juste avant que je me rende à Koh Pha Ngan pour rejoindre mon ami Romain. Julien est Français, il étudie à Montréal depuis quelques années et se trouvait au Myanmar dans le cadre de ses études en anthropologie. Il se spécialise en linguistique et a appris le birman afin de pouvoir explorer les différentes pistes pour son sujet de maîtrise. C’était vraiment intéressant de faire sa rencontre, on a parlé de tout pendant des heures, de nos vies et de nos projets respectifs.

Julien est tombé amoureux du Myanmar et je dois reconnaître qu’il y a quelque chose d’assez dingue là-bas, d’où mon envie d’y effectuer ma retraite spirituelle. Après quelques jours passés en ‘liberté’ je me suis rendue au Mahasi Meditation Center le 13 juin. Le matin en me réveillant, je consulte quelques articles sur news Google pour apprendre avec effroi que la veille, une tuerie a eu lieu à Orlando faisant 50 morts dans une boite de nuit….

Mes premières heures dans le centre ont été les plus difficiles. Après avoir déjeuné dans un silence qui m’a paru mortel, j’ai posé ma valise dans ma chambre. Puis la personne chargée de l’accueil m’a fait écouter une leçon sur les techniques de base de la méditation Vipassana, qui consiste à se concentrer sur sa respiration lors de la méditation assise ou sur les mouvements de ses pieds lors de la méditation debout. Il est recommandé de se mouvoir le plus lentement possible afin de vivre dans la concentration la plus totale et en pleine conscience. Lorsque j’ai commencé à arpenter la salle de méditation, j’ai cru que j’allais devenir folle. Mon esprit faisait de la résistance. Je sentais clairement mon égo se débattre, refusant à mon âme de prendre les rênes. En réalité, j’avais peur de moi-même.

Il m’a fallu plusieurs jours pour commencer à apprécier l’expérience. J’ai d’abord dû laisser mon égo de côté. Accepter la reddition. J’ai lu un livre que l’on m’a donné là-bas, pour en apprendre plus sur le bouddhisme, les techniques de méditation et les façons d’atteindre le nirvana. Puis mon esprit, d’abord agité a fini par s’apaiser. J’ai fait ce qui était en mon pouvoir pour apprécier l’instant présent et m’inprégner de la spiritualité des lieux. Il y avait des moments où il m’était impossible de me concentrer (encore mon esprit rebelle ou alors des moustiques voraces) et de divaguer complètement. Je me suis demandée ce qui m’avait poussé à venir ici. Je me suis dit que je devenais folle. Je me disais que je voulais partir. J’avais hâte de rentrer chez moi.

Puis au fil des jours, je me suis rendu compte que je me sentais bien. Entre quelques averses abondantes, le soleil et la chaleur revenaient et j’en profitais pour marcher un peu dehors et admirer la couleur du ciel.

J’étais assise dernière une nonne dans la salle de méditation. Sa beauté et son immobilité parfaite me fascinaient. Et surtout, l’aura autour d’elle. En passant outre le silence et le sentiment de solitude, j’ai senti qu’il n’y avait que de l’amour et la paix. La nonne est venue me parler pour me demander d’où je viens. En apprenant qu’elle est du nord du Viêt-Nam, je lui ai dit en vietnamien que bien que j’ai grandi en France, mes 2 parents sont nés au Viêt-Nam et que je parle un peu la langue. Elle s’est mise à rire et la beauté de ce son, la légèreté et la gaieté de cet instant me réchauffent encore le cœur au moment où j’écris ces lignes. Cette rencontre m’a marquée car je l’ai perçue comme une invitation à revoir mes critères de beauté. Cette nonne, avec ses épaules frêles, sa peau claire et son crâne rasé était magnifique. Une belle personne est une belle âme, qui sans artifice, apporte ce sentiment de sérénité dans votre cœur.

J’ai passé la majeure partie de ma vie à penser que croire en Dieu était une forme de faiblesse et que la religion était un rempart contre la peur qu’au fond il n’y aurait que ça: notre humanité et la mort qui nous attend, inéluctable. Pas de paradis ni d’enfer.

Un jour je raconterai en détails comment le yoga et la méditation ont changé ma vie. En attendant je me contenterai de vous donner un bref aperçu de mes expériences. Je peux vous dire comment après avoir lu La méditation de la bienveillance, je me suis mise à regarder les gens différemment. Nous sommes bien plus que des corps occupant un espace… Malheureusement très peu d’entre nous en ont conscience.

Je peux aussi vous raconter comment lorsque je me suis assise au bord de la rivière à Pai pour méditer, je suis rentrée en transe et que j’ai soudain senti une énergie, une lumière blanche, qui descendait du ciel pour m’envelopper dans cette bulle d’amour et de bien-être. Ou comment je me suis mise à pleurer sans pouvoir m’arrêter en assistant à la messe dans un temple vietnamien aux alentours de Saigon. Je crois que la religion importe peu, mais je sais qu’il y a quelque chose de plus grand que nous et je trouve ça infiniment beau d’y croire et que la foi amène les gens à se rassembler pour prier et lorsque j’ai vu tous ces corps s’incliner dans une parfaite harmonie, j’avais du mal à croire qu’ailleurs les gens sont prêts à s’entretuer au nom de leurs croyances. Ma religion c’est celle de l’amour et l’amour est patient. L’amour pardonne tout.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “If we saw soul instead of bodies, how different our idea of beauty would be?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s