Le végétarisme

14095931_1438146252868443_9144289172680411935_n

Lorsque j’étais à Bangkok, j’ai fait la rencontre d’un étudiant en anthropologie et j’avais déjà mentionné cette rencontre dans mes articles précédents. Nous avions parlé pendant des heures lorsque nous nous sommes revus à Yangon quelques semaines après. Un de nos sujets de conversation qui m’avait marquée c’est lorsque Julien m’a dit que les gens ont souvent du mal à différencier les pratiques de l’identité. Ce qui conduit bien souvent à des amalgames, des raccourcis erronés. Julien disait cela pour m’expliquer que ses pratiques sexuelles, homosexuelles ne le définissent en aucun cas et que par exemple être assimilé à la communauté LGBT est pour lui un amalgame qui n’a pas lieu d’être.

Alors, est-on ce que l’on fait ?

Je ne sais pas. Tout ce que je sais c’est que les adjectifs ont un pouvoir, celui de vous mettre sur un piédestal comme celui de vous faire douter. Ils ont aussi le pouvoir de vous réduire à un seul aspect de votre personnalité ou de votre comportement (comme par exemple votre orientation sexuelle).

De mon côté par exemple, mon régime végétarien suscite parfois des réactions totalement inattendues, des mimiques agacées, des regards désobligeants, des réflexions ou blagues totalement déplacées… Pour les gens on est végétarien ou on ne l’est pas. Pour ma part, je mange ce qui me fait plaisir et ne me prive pas. J’ai longtemps aimé la viande, après tout c’est comme ça que j’ai été élevée, à manger des steaks hachés sans me poser de questions, à apprécier de bonnes entrecôtes et me régaler avec des toasts de foie gras lors des fêtes de fin d’année…C’est ce que je réponds lorsqu’on me dit avec un air mi-désolé mi-obstiné « Ah non, la viande moi je ne pourrai pas arrêter. » Je pensais la même chose puis la vie a voulu que je fasse des rencontres (je vivais en colocation avec une vegan à Londres) et que je regarde des reportages tels que:

Des documentaires qui m’ont fait ouvrir les yeux. Grâce à cela j’ai pris conscience de beaucoup de choses et j’ai fait des choix: personnellement je ne souhaite pas empoisonner mon corps en mangeant de la viande qui, je le sais désormais est en réalité un aliment transformé et bourré de colorants alimentaires afin de rendre le tout plus appétissant… Par ailleurs, je reconnais ne pas avoir pu visionner l’ensemble de ces documentaires tout simplement car les images étaient insoutenables.

Pour autant, je ne suis pas végétarienne au sens strict du terme. Disons que mon régime alimentaire actuel est le fruit d’un long cheminement personnel. J’ai d’abord cessé de consommer la viande de bœuf et le porc, puis le poulet. Il m’aura fallu presque 2 ans (et voir les conditions d’élevage des saumons…) pour également arrêter d’acheter du poisson.Il m’arrive de craquer quelques fois par an, notamment au restaurant jap’ (j’adore les sushiiis) mais cela m’arrive rarement car j’ai déshabitué mon corps à ce type d’aliments, ce qui rend la mastication et digestion fastidieuses et réduit donc le plaisir que je prends à manger. Je ne suis pas stricte avec cet aspect de ma vie mais je dois admettre que je suis contente d’avoir un frigo sans cadavre.

Lorsque je lis des articles tels que celui-ci, chez Anne, ou bien celui-ci chez Eleusis et Megara en réponse aux arguments contre le végétarisme, je dois reconnaître que ça me fait plaisir, je me sens moins seule et me dis que nous sommes de plus en plus nombreux(ses) à éveiller notre conscience au monde qui nous entoure. Suivre un régime végétarien, au-delà de la tendance ‘healthy’ du moment qui est parfois un peu too much à mon goût, ça signifie aussi et surtout que nous les humains, nous nous réveillons face aux problématiques environnementales qui nous font face. ça signifie bien sûr aussi s’intéresser à la cause animale et décider, en tant que consommateur, de ne plus contribuer à cette souffrance inutile en commençant par changer le contenu de notre assiette. Et enfin, se préoccuper de sa santé.

N’étant pas une reine de l’alimentation, ni une experte, ceci est simplement mon témoignage afin de vous parler d’un sujet en réalité beaucoup plus global et tenter te faire passer un message de tolérance envers les autres et envers vous-mêmes.

Je vote pour que chacun et chacune se sente libre d’avoir des relations sexuelles avec qui il veut, qu’importe le sexe de son partenaire et de mettre ce qui lui chante dans son assiette.

Soyez libres et soyez heureux, tout le monde s’en portera mieux, à commencer par vous 🙂

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s